26 mars 2007

Petites indications pour rater un train dans les grandes largeurs.

7033607_p

Aujourd’hui, nous changions d’heure. Aujourd’hui nous avons raté le train. De là à penser que nous avons raté le train à cause de ce changement d’heure ! Il y a loin.

 

Donc, comment rater un train ? C’est une affaire délicate, alors mettez tous les atouts de votre côté.

 

Première chose : ne pas prendre les billets à l’avance. Pour cela, si vous êtes sollicités, trouver une raison bénigne du style « oui, non, je ne sais pas trop si je serai disponible, faut que je regarde dans mon agenda mais là je sais pas où il est… Mais t’as qu’à les prendre quand même les billets si tu veux. Au pire on se les fera rembourser. D’ailleurs tu l’aurais pas vu mon agenda ? ». S’arranger pour que cette discussion ait lieu lorsque les intéressés sont dans des pièces différentes occupés à diverses tâches domestiques. Après ça normalement, vous êtes tranquille, votre femme/compagne, ne prendra pas les billets.

 

Deuxième chose : ne pas se renseigner sur les moyens de transports disponibles pour se rendre à la gare. Toujours rester dans le vague. Exemple :

 

- Oui bah on prend la ligne 14 et on y est direct. On n’a qu’à partir genre une demi-heure avant le départ et c’est bon. Ouais OK, ¾ d’heure si t’insiste, pour être sûrs.

- Si la ligne 14 marche…

- Bien sûr, et si un 747 ne s’est pas écrasé sur la Gare St Lazare.

 

Donc ça c’est fait... Vous connaissez les lignes de métro, pas besoin de vérifier votre parcours sur Internet. Nickel.

 

Troisième chose : faire la fête la veille, ça éclaircit toujours les idées.

 

Quatrième chose : se trouver avec moi. C’est toujours beaucoup mieux lorsque vous souhaitez voir partir les bus/métros dès que vous arrivez sur le quai ou aux abribus.

 

Cinquième chose : Eviter les solutions simples et coûteuses, vous ruineriez vos chances. En l’occurrence, ne pas choisir de prendre un taxi lorsque vous constatez que la ligne 14 est effectivement fermée. Choisir de courir avec les sacs jusqu’à la gare d’Austerlitz pour prendre le RER C jusqu’à Invalides puis changer et prendre la ligne 13 jusque Gare St-Lazare. Choisir un changement long de préférence. Avec trottoir roulant. C’est tellement plus fun. Comme, ayant bien prévu votre coup, vous êtes avec moi, vous venez d’ailleurs de louper le RER et attendez le suivant. Là, essayer de se stresser un peu. Des phrases du genre « C’est qu’on va finir par vraiment le rater là » sont bienvenues, et assez génératrices d’énervement chez la partie adverse.

 

Sixième chose : ne surtout pas connaître trop la gare de départ, les parties réservées aux trains de banlieue Ile de France et celles des trains grandes lignes.

 

Septième chose : Respecter scrupuleusement ce que vous avez toujours été éduqués à faire : ne pas prendre un train sans avoir les billets. Chercher donc fiévreusement les bornes grandes lignes perdues dans la gare pour se munir de billets. Et tomber sur les bornes qui compostent les billets automatiquement pour « gagner du temps ». Comme ça, si vous ratez le train, pas moyen non plus de vous faire rembourser.

 

Huitième chose : Se séparer pour trouver les départs plus rapidement, et ne pas se retrouver. Ca y est, vous êtes au bout de vos peines, le train s’ébranle lentement lorsque vous arrivez essoufflés à la voie 27, située sur l’extrême droite du quai de départ de la gare St-Lazare. Là, vous pouvez vous dire que vous avez vraiment bien fait les choses. Là, vous pouvez laisser libre cours à vos émotions. Après ça, se renseigner à tout hasard sur le prochain départ, qui a lieu vers 14h30, alors que vous étiez conviés à un déjeuner.

 

Comme souvent, la vie n’étant qu’un long recommencement, vous ne vous avouez pas vaincu et saisissez la première idée qui vous traverse l’esprit : prendre un taxi jusque Rouen.

 

Heureusement, vos parents habitent à l’autre bout de Paris et possèdent une voiture que vous pouvez emprunter. Vous choisissez cette fois le taxi pour vous rendre à destination. Histoire de vous déculpabiliser de ne l’avoir pas fait plus tôt. Puis vous prenez la voiture et arrivez finalement à Rouen avec 20 minutes de retard sur votre horaire, pouvez profiter du déjeuner avant de repartir pour Paris et de vous farcir les bouchons de la fin d’un dimanche après-midi, du côté de la porte de St-Cloud.

 

Moralité : si vous vous préparez bien, rien n’est impossible. Deuxième point : si nous avions eu ce train je n’en aurais probablement pas fait un article.

Posté par Roman07 à 15:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Petites indications pour rater un train dans les grandes largeurs.

    Ah ouais, mais la, tes conseils, c'est pour les anxieux! Ceux qui sont pas surs de rater leur train.
    Parceque sinon, tu peux faire plus simple quand meme. Moi j'ai une methode, testee, et imparable.

    Je me pointe a la gare de Perrache le samedi 12 8h00, pour mon train a 8h30, tranquille. Sur le quai, je ne trouve pas la voiture 16. Je me dis que je suis pas bien reveille, apres tout, c'est 8h. Le quai dans l'autre sens, histoire d'en avoir le coeur net.
    Pas de voiture 16, juste de 1 a 8. Je me mets donc en quete d'un poinconneur:
    - Monsieur, veuillez m'excuser mais, je ne trouve pas la voiture 16.
    - Monsieur, vous ne me surprenez guere, il n'y en a pas.
    - Et pour quel raison je vous prie?
    - Y a jamais eu de voiture 16 sur le Lyon-Paris du samedi 8h30.
    - Ecoutez j'ai mes billets la, c'est bien place numero 72, voiture 16 non?
    - Oui, pour le Lyon-Paris d'hier, vendredi 11.
    - ...

    Et voila comment on peut avoir 24h de retard sur son train, mais quand meme se presenter sur le quai.
    A tout hasard...

    Posté par Etienne, 26 mars 2007 à 19:07 | | Répondre
  • J'en connaissais qui s'étaient trompés de gare mais là... Trompé de jour c'est la classe internationale en effet.

    Posté par RomanO, 26 mars 2007 à 20:13 | | Répondre
Nouveau commentaire